Histoire

Alors qu’au milieu du XIXe siècle les deux principales localités des Montagnes neuchâteloises connaissent un essor fulgurant de leur industrie horlogère, Le Locle décide de construire un Hôtel des Postes. Mené par Henri Grandjean, un des artisans de la Révolution neuchâteloise de 1848, le projet de bâtisse a pour ambition de réaliser, sur la nouvelle route menant au centre du village, un édifice symbolisant les valeurs républicaines et l’idéal de Progrès qu’incarnent les Loclois. La construction est confiée à l’architecte Hans Rychner, également auteur du Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel, du Temple-allemand à la Chaux-de-Fonds et du Quartier Neuf au Locle, élément clé de l’urbanisme horloger de la Mère commune.

Dès son ouverture, l’Hôtel des Postes abrite non seulement le service des diligences postales mais aussi le Cercle de l’Union républicaine, haut-lieu de la culture et de la sociabilité locloises, des locaux d’associations diverses, des logements et des ateliers horlogers. En 1868, sous l’impulsion de Jules Grossmann, le bâtiment accueille la première école d’horlogerie de la ville dont il sera le directeur pendant de nombreuses années. Suite au départ de la Poste en 1974, le lieu continue d’être le siège de nombreuses associations culturelles au service de la population : Ludothèque, Conservatoire de musique, Musique scolaire, etc. La quantité d’espace disponible permet ensuite l’apparition d’un terreau de créativité culturelle et l’éclosion de multiples projets tels que locaux de musique, atelier d’artiste, studio d’enregistrement, école de théâtre et de cirque, salle de concert.

En raison de la nature marécageuse du sol sur lequel est construit l’Hôtel des Postes, le bâtiment était menacé de démolition. Les élus loclois ont décidé de sauvegarder ce témoin majeur du développement de l’urbanisme horloger des villes de La Chaux-de-Fonds et du Locle pour lequel elles sont désormais inscrites sur la liste du Patrimoine mondial établie par L’UNESCO. Le Conseil communal et le Conseil général de la Ville du Locle ont souhaité confier la gestion de la réhabilitation intérieure et du fonctionnement de l’Ancienne Poste à une fondation. Son mandat est de créer à l’Ancienne Poste un pôle régional de création culturelle ouvert à toutes les tendances artistiques dans l’esprit d’inventivité si souvent incarné par les habitants des Montagnes neuchâteloises. L’objectif est en effet de faire fructifier le potentiel créatif qui existe à l’Ancienne Poste depuis 150 ans, des ateliers d’horlogerie du XIXe siècle aux musiciens et artistes d’aujourd’hui.

Jules Grossmann (1829-1907)
Né dans le Brandenbourg en Allemagne, Jules Grossmann a été le premier directeur de l’école d’horlogerie du Locle située à l’Hôtel-des-Postes de 1868 à 1886. La ville du Locle lui doit la première réalisation mondiale de la pendule-mère actionnant électriquement à distance les différentes horloges de la localité. Jules Grossmann est également l’auteur d’importants traités sur l’échappement à ancre et sur le point d’attache connu sous le nom d’« Effet Grossmann ».

Le Locle, Hôtel des Postes -